logo studiocbe.com
Accueil / Historique

titre

Le Baron, Bernard Estardy naît en 1939 sous le signe de l'ours. Atypique, l'homme est un Géant qui mesure 2m05. Fils d'une chanteuse lyrique, il est bercé dès son plus jeune âge par les plus grands airs de musique classique. L'hôtel particulier dans lequel il grandit devient vite un repaire pour tous ces amis musiciens avec lesquels il partage la tendance Jazz du moment.

Après des écoles supérieures, et une courte carrière en tant qu'ingénieur en Génie Civil, Bernard abandonne tout pour la musique et les tournées.
"Le caveau de la montagne", "Le chat qui pêche", au début des années 60 il écume les scènes françaises.
Il commence sa carrière de pianiste de Jazz au côté de Bill Coleman, Nancy Sinatra, Nancy Holloway et au côté de son frère d'arme, Nino Ferrer.
Ensemble ils montent un groupe appelé "les Gottamou". A la batterie Richard Hertel, Nino au chant et à la basse, et Bernard à l'orgue. Le trio est imparable, les succès s'enchainent, "Gaston", "les cornichons", "Mirza"...

Quelques années plus tard, Bernard est las des tournées qui n'en finissent plus. Son ami, Georges Chatelain lui propose alors de monter un studio d'enregistrement sur Paris, un lieu différent, plus humain, plus intimiste, qui changerait du classicisme froid et austère des grands studios parisiens.
Férus de technologie et bidouilleurs dans l'âme les deux compères relèvent les manches et construisent le studio de leurs propres mains avec l'aide de Günther Loof, un électronicien tout droit sorti de chez Revox et Studer qui leur concevra toutes les machines.
Jean-Louis Proust, l'assistant complice et Mimi la femme de Bernard viendront compléter le paysage du studio.
Une ambiance feutrée rappelant l'univers des saloons Western, le studio CBE (Chatelain-Bisson-Estardy) était né. Nous sommes en 1966.

Bernard s'installe derrière la console et trouve sa voie. Au début aidé par Günther qui a l'expérience des prises de sons, Bernard devient très vite incontournable dans le métier. Réputé pour mettre sa touche Estardienne et pour faire des prises voix comme personne, chaque titre qui sort du studio est un succès radio immédiat. Les artistes et les maisons de disques le surnomme alors « Le Géant »
CBE devient un lieu mythique, toute la jeunesse artistique montante y passe pour y enregistrer. On peut y croiser Johnny Halliday, Carlos, Françoise Hardy, Boris Vian, Lee Hazel Wood, Ralph Mc tell, Gérard Manset, Salvatore Dali, Dick Rivers, Adamo, Serge Gainsbourg, Richard Bohringer, Patrick Dewaere, Celine Dion....

Très vite Bernard devient le seul maître des lieux, il reprend alors la direction du studio avec Mimi, sa femme. Toujours accompagné de Günther, Bernard et lui imaginent ensemble des machines toujours plus inovantes. Günther dira même que "Bernard voulait parfois des choses impossibles". Le bon génie de Günther Loof fera de CBE un lieu à la pointe de la technologie, ses consoles et ses enregistreurs ont toujours un temps d'avance sur les autres studios.

On allait chez Bernard Estardy parce que le lieu et l'homme étaient atypiques et que l'on sortait avec des titres taillés sur mesure. Certains artistes disent encore qu’en présence du « Géant » ils avaient la certitude d’un succès futur, et le succès ne manquait jamais au rendez-vous.

Au début des années 70, les stars de la variété française prennent résidence au studio. Claude François, Dalida, Joe Dassin, Bachelet, Mike Brant, Mort Shumann, Herbert Léonard...
Devant un tel succès les producteurs et les Directeur artistiques n'hésitent pas à y envoyer leurs jeunes poulains, sûr de la réussite qui s'en suivra : Michel sardou, Michel Jonasz, Francis Cabrel, Julien Clerc, Gérard Lenorman...

Le studio CBE est alors le lieu incontournable où tout le monde veut se faire enregistrer et mixer par "Le Géant". Tellement sollicité le studio fonctionne presque 24h/24H et les titres s'enchaînent. Bernard et son studio insatiables se permettent même entre deux séances d'enregistrer des illustrations sonores aujourd'hui samplées par les plus grand producteurs. Il enregistrera même des albums de son cru tel que "La formule du Baron" aujourd'hui album culte.

Durant les années 80 et 90 le studio continuent d'enregistrer les plus grandes références et continue à en découvrir d'autres : Patricia Kaas, Marc Lavoine, Bibi ... Le succès ne désemplit pas.

Fin des années 90 l'homme se retire de la scène musicale. Soucieux de transmettre son savoir faire il forme une équipe. Il livre à David Mestre alors jeune ingénieur du son, les clefs de la prise de son et du mixage.

Avec près de 400 millions d'albums vendus et plus de 15000 chansons enregistrées, le Baron Bernard Estardy "le Géant de la chanson" comme ils l'appellent dans le métier, tire sa révérence en 2006. Il disparaît alors qu'il est aux manettes de sa console. En plus de 40 ans de carrière, l'homme est devenue une légende internationale, et son studio un lieu mythique.
L'aventure CBE n'était pas vouée à s'arrêter en si bon chemin, Julie la fille du Géant et de Mimi prend alors la direction du studio avec l'aide de son compagnon musicien Alex. L'esprit CBE est intact. David s'installe derrière la console et continue de faire le son dans la pure tradition Estardienne.
Aujourd'hui le studio CBE accueille de nouveau la scène Française et Internationale. Les vibrations sont toujours là. Au 95 de la rue Championnet, on dit que les machines tournent et s'expriment, encore et toujours, sous l'oeil bienveillant du Géant.